AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
uc

Partagez | 
 

 Une fête lunatique [PV- Amber]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


Admin
••••••••••••••••••••••••••••
♣ Messages : 37
••••••••••••••••••••••••••••
♣ Arrivée à Fell's Church : 28/03/2010

Mon passeport
A vous la Parole:

MessageSujet: Une fête lunatique [PV- Amber]   Sam 17 Avr - 23:41




Une fête
lunatique



    Le ciel était bleu pastel, la forêt verdoyante, l’eau qui faisait tomber des seaux d’eau glacée, depuis des semaines avait rendu la nature belle, en ce jour où des rayons de soleil chatouillaient les bras d’Adriaan après tant de semaines de mauvais temps. D’ailleurs ce dernier n’aurait pas été étonné, s’il avait entendu des oiseaux gassouiller dans les parages. Cette journée était parfaite ; Adriaan était heureux, heureux comme il n’avait pas pu l’être depuis bien longtemps. Sa bonne humeur était invincible à toute épreuve, il avait même était content d’entendre le Shérif donner le reste du travail à Leah, ce pourquoi il se serait battu, s’il n’avait pas demandé lui-même à Graham de le laisser partir un peu plus tôt. La fondation avait fait un pas énorme, Adriaan se sentait comme Neil quand il avait marché sur la lune… la fierté que lui avait insufflée Amber sans le savoir encore, le rendait invincible. Elle avait trouvé un des principaux lieux où se donnaient rendez-vous les vampires, et était allée même jusqu’à entendre quelques unes de leurs phrases. La fondation avait pu par la suite faire des recherches durant toute la journée, grâce à ses informations précieuses qui valaient bien plus que des millions d’or à leurs yeux à tous.

    Adriaan embrassa Leah délicatement sur la joue, avant de s’en aller du bureau du maire de Bâton-Rouge. En sortant il sauta par-dessus une rambarde et regarda la forêt qu’il longeait habituellement avant de se rendre chez lui. Pour une fois, elle avait toute sa beauté, Adriaan était presque sur, qu’aucun être anormal ne s’y trouvait aujourd’hui ! Comme si un malheureux vampire pouvait se trouver cacher ! Ils avaient baissé leurs gardes tellement vite, sans même s’en rendre compte ! Et Amber était là, tel un espion épiant chacun de leurs gestes, de leurs mots, et de leurs attitudes.

    Arrivant près du centre ville, Adriaan n’aurait été que plus heureux de trouver un vampire dans ses parages rien n’aurait pu lui faire autant plaisir ! Même s’il détestait leurs incivilités, Adriaan aurait aimé trouver Ezekièl pour lui faire bouffer du jus de tomate par les oreilles s’il l’avait vu… il avait juste l’irrésistible envie de se moquer d’eux ! Amber avait été tellement plus forte que ses buveurs de sang sur ce coup.
    Adriaan sourit en pensant qu’elle l’attendait chez elle, et il eut l’idée de rendre cette journée encore plus mémorable en prenant tout le nécessaire pour passer une bonne soirée.
    Il prit un repas à emporté chez un bon traiteur japonais, loua un DVD qui s’appelait « La fin des vampires », et se laissa tenter par un marchand de fleur qui scandait si fort que ses fleurs ne se faneraient jamais.

    Adriaan avait fini ses achats, quand la nuit commença à envelopper la ville sous son étau, parsemés d’étoiles. C’était d’ailleurs une bonne soirée, pour regarder les étoiles le ciel était tellement dégagé…

    Le jeune homme arriva devant sa maison, et se satisfait à penser qu’Amber n’entendrait pas sa voiture ronronnait, car il ne l’avait pas pris le matin même. Sautant par-dessus la haie impeccable de leur maison, Adriaan se rattrapa de justesse sur une fontaine, et continua son chemin jusqu’au perron. Il chercha ses clés pendant un petit moment avant de les trouver dans la poche du DVD. Il tourna la clé dans le verrou, et sourit avec gaieté, laissant apercevoir ses fossettes.
    Amber n’était pas dans le hall spacieux d’entré, ni dans la cuisine. Adriaan l’appela mais elle ne lui répondit pas. Il ne s’en inquiéta pas pour le moment, il posa la nourriture et le film ; avant de s’aventurer dans la maison, à la recherche de sa sœur. Les mains toujours occupées par le bouquet de fleurs aux senteurs printanières.

    Adriaan monta au second, arrivant sur le pallier, il aperçut Amber sortant de sa chambre juste avant un homme ! Il ne réfléchit même plus qu’un tiers de seconde et s’aventura droit vers lui, que foutez ce gars ici ?! Adriaan le regarda droit dans les yeux, et le salua chaleureusement d’un grondement féroce, qui ne présageait rien de bon. Comment Amber pouvait se laisser aller ainsi !? Elle pouvait être contente de la nouvelle, bien sure cela il le comprenait, mais de là à inviter un inconnu dans sa chambre ! Adriaan remuait toute ses pensées dans sa tête quand l’inconnu se mit à parler… il fallait en plus que se crétin sache parler…


    - Bonjour le p’tit, c’est ton frère je suppose ? Bon et bien très charmante attention les fleurs, comme c’est touchant.


    Adriaan ne trouvait rien de touchant à ce que ce monstre, puisse mettre des mots sur ce qu’il ressentait pour sa sœur, c’était si fort, et indescriptible, un lien unique qui les unissaient…
    Adriaan sera les poings et s’avança vers le jeune homme laissant au passage tomber ses fleurs sur le parquet.
    La tension était monté d’un cran, personne ne bougeait Adriaan attendait juste un signal pour donner une bonne baignade à cet homme.

_________________
Signature spécial Hiatus hat
YES WE CAN cherrios
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



••••••••••••••••••••••••••••
♣ Messages : 241
••••••••••••••••••••••••••••
♣ Arrivée à Fell's Church : 02/12/2009
••••••••••••••••••••••••••••
♣ Âge : 23
••••••••••••••••••••••••••••
♣ Localisation : fell's church.

Mon passeport
A vous la Parole:

MessageSujet: Re: Une fête lunatique [PV- Amber]   Lun 19 Avr - 21:46

    Josh avait passé l’après-midi à la maison. De fil en aiguille, le simple verre avait précédé une visite complète de l’endroit…

      « Manque plus que ta chambre et j’aurais fait le tour… Impatient de voir l’endroit le plus intéressant de la maison… Parce que oui, tu sais, il parait que la chambre d’une personne en dit beaucoup sur sa personnalité, et je pense que c’est tout à fait vrai, par exemple, j’ai un ami, il s’appelle Andrew, qui a… »

    Bla bla bla. Amber décrocha au moment où son nouveau collègue commençait à parler de son ami. Elle regrettait de lui avoir proposé de passer chez elle pour faire un peu plus connaissance… Le garçon pressé de mieux connaitre sa nouvelle ville et ses nouveaux collègues était vite devenu exaspérant, et même envahissant. Amber n’osait pas le mettre à la porte, mais ce n’était pas l’envie qui manquait. Josh se révélait être une vraie pipelette, commentant tout ce qu’il voyait, entendait, devinait… Et souvent, il tenait des propos crus, ou durs… Au moins, on ne pouvait pas l’accuser d’être fourbe, il n’hésitait pas à dire en face ce qu’il pensait de chaque chose ou personne.
    La jeune femme avait également été incapable de s’éclipser rien qu’un instant depuis que son collègue était là, car il avait la fâcheuse manie de la suivre où qu’elle aille. Bref, elle sentait un mal de tête arriver, alors que Josh continuait toujours de babiller sur un certain Andrew et sur lui-même. Il ne cessait de se mettre en avant, et tournait toutes ses phrases de telle sorte qu’Amber avait l’impression qu’il la traitait comme une enfant qui avait encore tout à apprendre. Aux dernières nouvelles, il était pourtant plus jeune et moins expérimenté qu’elle…
    De plus, ses tentatives de séduction répétées exaspéraient la jeune femme. Maladroit, ses phrases oiseuses n’avaient pas trompé Amber, et si elle avait habilement écarté toutes ses invitations voilées, elle se sentait las de devoir rester constamment sur ses gardes. Et puis, ne savait-il pas que son cœur était déjà pris ?

    Acquiesçant machinalement d’un signe de tête à chaque fois qu’il s’interrompait pour reprendre son souffle, Amber guida sans entrain son visiteur vers sa chambre, impatiente de le voir dépasser le seuil de sa maison et de pouvoir être enfin au calme. La visite fut rapide, et alors que Josh s’approchait vers une photo de Priape, Amber le poussa légèrement vers la sortie, lui faisant comprendre que la visite était terminée. Enfin ! La jeune femme d'habitude si patiente commençait à perdre son calme. Josh la faisait tourner en bourrique, à constamment demander plus d’informations sur tel meuble, telle photo,… Précédant son collègue dans le couloir, Amber aperçut son frère qui s’avançait vers sa chambre, un bouquet de fleur au bras. Un sourire plus sincère que tous ceux qu’elle s’était efforcée d’ébaucher devant Josh au cour de l’après-midi étira les lèvres de la jeune femme.

      « Bonjour le p’tit, c’est ton frère je suppose ? Bon et bien très charmante attention les fleurs, comme c’est touchant. »

    Amber plissa un court instant les yeux, irritée par la nonchalance du jeune homme et sa façon de commenter le bouquet d’Adriaan. L’envie de se retourner pour gifler l’idiot lui effleura l’esprit, mais elle l’éloigna bien vite. Serrant les poings, elle se retourna vers Josh, non sans s’apercevoir que l’étonnement et une sorte de… colère ? déformaient à présent les traits d’Adriaan. Elle entendit un léger bruit, et sans se retourner, devina que son frère venait de lâcher son bouquet et que celui-ci avait fini par terre, ornant le parquet. S’efforçant de sourire, Amber ouvrit la bouche et fit les présentations :

      « Josh, voici mon frère, Adriaan. »

    Elle se tut un instant, se tourna vers son frère et continua :

      « Adriaan, je te présente Josh. Bon, à présent Josh va s’en aller. Adri, ramasse ces fleurs et met-les dans un vase, tu veux bien ? Moi je vais raccompagner Jo…
      - On dirait une vraie mère poule ! »

    Rit grassement Josh, interrompant Amber. Une fois de plus, la jeune femme fut à deux doigts de gifler son collègue. Elle regrettait de plus en plus d’avoir proposé à Josh de passer chez elle. Oui, elle se conduisait comme une mère pour Adriaan. Mais qu’on la critique sur ce sujet l’irritait au plus haut point. Personne n’avait vécu ce qu’ils avaient vécu dans leur enfance, personne ne comprenait qu’en l’absence de leur mère, elle avait du s’occuper de lui, personne ne se rendait compte que c’était impossible pour elle de se comporter autrement, personne ne voyait qu’elle tenait à lui non seulement comme une sœur tient à son frère mais également comme une mère tient à son fils. Elle avait été le seul témoin de ses réussites ou de ses échecs, à l’école ou dans la vie, la seule personne constamment présente pour lui dès qu’il avait besoin d’un soutien ou d’un confident. Entre une mère décédée et un père absent, elle avait été l’unique port auquel l’enfant puis l’adolescent avait pu se raccrocher. Et maintenant, oui, elle avait la prétention de se sentir comme une mère pour lui, et n’arrivait de toute façon pas à se comporter autrement.
    Qu’une personne extérieure à leur famille, qu’un étranger, en plus, puisse se permettre de critiquer leur relation, de la tourner en dérision, était insupportable à la jeune femme. Seuls Adriaan ou elle étaient capables de remettre en cause le lien qu’il les attachait, car personne d’autre n’était plus conscient qu’eux de combien chacun devait à l’autre. A nouveau, Amber serra les poings, et retenant la phrase cinglante qui lui venait à l'esprit, elle reprit :

      « Je te raccompagne, Josh ? »

    Le calme étrange de sa voix contrastait tant avec l’agitation de son cœur qu’elle se demanda un instant si c’était bien elle qui venait de parler.

      « Attends, attends, le p'tit a l'air de vouloir dire quelque chose... »

    S'amusa Josh, repoussant d'un geste de main la proposition d'Amber. Ignorant le refus de son collègue, Amber l'empoigna par le bras et le poussa vers les escaliers, sourde à ses protestations, et le fit sortir en multipliant les formules de politesse et les remerciements d'avoir accepté de passer.

    Lorsque, enfin, elle le vit disparaitre derrière la haie qui délimitait le jardin de leur maison, la jeune femme respira. Refermant la porte, elle y posa son dos et se laissa glisser jusqu'à s'asseoir sur le sol, la tête dans les paumes. Le mal de tête qui l'avait déstabilisée cette dernière heure devenait plus insistant, et Amber avait l'étrange sensation qu'on s'amusait à frapper son crâne avec un marteau. Une grimace se dessina sur son visage en réponse à la douleur, alors qu'elle entendait un bruit de pas s'approcher d'elle.

_________________
    uc. (a)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Admin
••••••••••••••••••••••••••••
♣ Messages : 37
••••••••••••••••••••••••••••
♣ Arrivée à Fell's Church : 28/03/2010

Mon passeport
A vous la Parole:

MessageSujet: Re: Une fête lunatique [PV- Amber]   Lun 3 Mai - 12:26

    Le temps était suspendu, Adriaan se trouvait pendu aux lèvres d’Amber ou de cet homme, il n’attendait qu’un signal pour lâcher les gonds de sa fureur dévastatrice. Ses mains tremblaient, frémissante, à l’idée de pouvoir s’abattre sur la figure de ce misérable homme. Il ne pouvait formuler clairement ses idées, il n’arrivait plus à penser convenablement, seul sa force grandissante au fil des secondes contrôlait son corps. Comme une bête animale, sa colère habitait son corps, sans qu’il ne puisse la maitriser…
    Amber se décida finalement à rompre le silence, en présentant l’un à l’autre, apparemment les hommes de sa vie. Un rictus se dessina sur les lèvres d’Adriaan, il était déplacé de faire des courtoisies inutiles, car il aurait juste aimé aplatir son poing sur la face du dénommé Josh. Pour couronner le tout, Amber lui demanda de ramasser les fleurs éparpillés sur le sol, et de les mettre dans un vase. Comme s’il importait de les garder en bonne état, alors que Josh s’amusait à semer la haine, où il passait. Car oui, Adriaan éprouvait déjà de la haine envers cet homme… c’était une sorte de principe tout frère était sensé détesté le concubin de sa sœur… pourtant se n’était pas vraiment le genre d’Adriaan, il était différent et respecté ses propres règles, il n’était pas comme une pièce de la société. Il était bien sure une pièce façonnait de la même manière, enduit du même produit éclatant, et pourtant cette pièce n’était pas parfaite, elle possédait un toc. Il était simplement différent, et cela le rendait beau. Pourtant se jour là, le jour où il avait laissé sa joie le guider, il se trouvait confronter à devoir ressembler à tous les autres…

    Adriaan remuait toute ses pensées, quand il entendit Josh marmonnait « … vraie mère poule ! »
    Par la suite tout se passa extrêmement vite, d’instinct Adriaan se préparait à bondir sur lui, et à frapper chaque petite parcelle de son corps qu’il pourrait atteindre. Mais Amber embrocha le bras du jeune homme pour le diriger vers la sortie, repoussant ainsi toute tentative d’Adriaan.
    Bouillonnant de rage, il arracha les fleurs du sol, et s’avança derrière sa sœur, guidant l’homme vers la sortie. Chaque pas pour Adriaan semblait être le prix d’un effort considérable, il devait se taire et avancer sans rien dire, sans rien faire. Il semblait avoir été blâmé, d’une manière si inhabituelle de la part d’Amber, comme s’il avait fait une bêtise, alors que Josh était la cause de sa bêtise…
    « atta, le p’tit à l’air de vouloir dire quelque chose… »
    Adriaan releva doucement sa tête, et plongea son regard dans celui envenimé de Josh, il s’apprêta à bondir pour une seconde fois, quand Amber pris son bras, et le poussa dehors, avant qu’Adriaan n’est pu dire le mot fondation.

    Sa rage, à présent était dévastatrice, Amber n’avait plus de couverture, ils étaient seuls, plus que lui et elle… Il arrêta de fixer le sol, et posa son regard sur sa sœur qui s’était écroulé sur le sol. Aussi rapidement que sa colère était monté en lui, elle s’échappa, et il avança le cœur battant vers elle. Sa sœur si forte, si douce, et si généreuse semblait tout à coup fragile, vulnérable.
    Ses battement s’accéléraient au fur et à mesure que ses pas se rapprochaient d’elle, il s’agenouilla rapidement au près d’elle avec une aisance rare, souple et précis comme un félin. Ses armes étaient rendus, son visage n’était plus crispé de rage, il était empreint de douleur. Dans un murmure à peine audible, il lui demanda :

      - Amb’ ca va ? Il t’a fait du mal ? Tu veux que je t’emmène quelque chose ?


    Amber mis un temps fou à répondre, et les secondes qui s’écoulées paraissaient des heures aux yeux d’Adriaan. Peut être qu’elle ne l’avait pas attendu ? Avec toujours un nœud au ventre, il parla un peu plus fort élevant le son de sa voix pour qu’elle puisse sortir de sa torpeur…

      - Je … je ne voudrais rien dire qui puisse te faire du mal. Mais si il est la cause de ta douleur, tu peux être sure que je m’occupe de son cas. Viens…


    Amber ne bougea pas, mais le regarda fixement, ses yeux étaient embuées, elle semblait être sur le point d’exploser. Adriaan la porta jusque dans la cuisine, et l’allongea sur le canapé. Au aguets au moindre de ses mots…

_________________
Signature spécial Hiatus hat
YES WE CAN cherrios
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



••••••••••••••••••••••••••••
♣ Messages : 241
••••••••••••••••••••••••••••
♣ Arrivée à Fell's Church : 02/12/2009
••••••••••••••••••••••••••••
♣ Âge : 23
••••••••••••••••••••••••••••
♣ Localisation : fell's church.

Mon passeport
A vous la Parole:

MessageSujet: Re: Une fête lunatique [PV- Amber]   Jeu 10 Juin - 21:28

    Le contact avec le carrelage froid de l’entrée apaisa Amber. Posant ses mains sur le sol, elle enfouit sa tête entre ses genoux en entendant les pas de son frère se rapprocher. Honteuse. Elle n’osait pas relever les yeux vers lui, sachant qu’il pourrait y voir les traces de ses faiblesses. Elle tentait de retrouver son sang-froid, sa contenance habituelle. Mais sa journée avait été harassante, son mal de tête persistait, se faisait de plus en plus présent. Assommant. Un gémissement s’échappa de ses lèvres, trempées des quelques larmes qui avaient involontairement coulé de ses yeux fatigués. Tout son corps était las. Son dos se vouta, alors qu’elle plaquait à nouveau ses paumes sur son visage comme si elle avait voulu en faire disparaitre les traces de larmes et arrêter celles qui coulaient encore.

    Sa découverte d’un lieu de rendez-vous des vampires l’avait tenue éveillée toute la nuit précédente ; et si, jusque là, elle n’avait pas ressenti les conséquences de sa quasi-nuit blanche, elle se rendait à présent compte qu’elle avait inconsciemment été d’une humeur massacrante toute la journée. La moindre remarque de ses collègues l’avait agacée et blessée, et Josh l’avait anéantie, avec ses paroles déplacées, sa curiosité sans limites et ses moqueries.

    Un souffle, une effluve de parfum parvinrent aux oreilles bourdonnantes d’Amber, et elle détourna à peine la tête, écartant un doigt de devant ses yeux pour apercevoir son frère qui s’était accroupi près d’elle.

      « Amb’ ca va ? Il t’a fait du mal ? Tu veux que je t’emmène quelque chose ? »

    Chuchota-t-il, les traces de sa colère ayant déserté son visage, chassées par une expression indéchiffrable. Mais non, rien. Elle ne voulait rien. Simplement rester là, à même le sol, avec ses faiblesses. Pendant toutes les années qui la séparaient à présent de la mort de sa mère, elle avait eu la prétention d’estimer qu’elle pourrait être forte pour deux. A la mort de sa mère, elle s’était promis de l’être. De non seulement être toujours présente pour Adriaan, mais également de toujours garder la face devant lui. Pour lui. De ne jamais craquer. Et jusqu’à ce jour, elle avait toujours réussi à se contenir devant lui. Elle avait su rester calme, présente et aimante à la mort de Joy et pendant l’adolescence difficile de son frère. Et à présent, après avoir enduré la souffrance de la perte, et celle, pire, de l’incompréhension, de l’éloignement que son frère avait systématiquement imposé entre eux pendant sa période difficile, elle se sentait honteuse de sa faiblesse. Un idiot et quelques buveurs de sang inutiles l’avaient fait craquer. Amber plissa les yeux, et quelques nouvelles larmes coulèrent le long de ses joues, glissant doucement sur les commissures de ses lèvres et dans son col. Larmes de faiblesse, larmes de honte se mélangeaient, expression extérieure du fouillis de pensées qui l’assaillaient. Resserrant ses doigts autour de sa tête, comme pour en écraser le mal persistant qui la rongeait depuis le départ de Josh, elle ferma à nouveau les yeux, occultant tout ce qui n’était pas elle.

      « Je … je ne voudrais rien dire qui puisse te faire du mal. Mais si il est la cause de ta douleur, tu peux être sure que je m’occupe de son cas. Viens… »

    Amber releva la tête, la voix de son frère la tirant de son demi-songe. Elle cligna des yeux et les tourna vers lui, devinant ce qu’il devait y voir. Une expression hagarde et douloureuse. Avant qu’elle n’ait eu le temps de réfléchir, elle sentit des bras enserrer sa taille. Une seconde plus tard, on la portait vers le salon et on la déposait sur le canapé. Epuisée, elle accueillit avec plaisir et soulagement ce nouveau confort. Si son frère l’avait lâchée, elle crut ressentir la caresse des bras de Morphée sur les siens, et plissa le front pour effacer cette sensation. Elle voulait rester éveillée. Ce que lui avait dit Adriaan l’avait agacée, mais elle était incapable de se souvenir de ce qui l’avait dérangée. Tout était trop flou. Sa nuit blanche, Josh, son mal de tête et sa honte l’assommaient littéralement, et tout lui paraissait plus lent à comprendre et déchiffrer. Relevant des prunelles désorientées et fatiguées vers son frère, Amber remarqua enfin à quel point il paraissait inquiet. Inquiet pour quoi ? Pour elle ? Les yeux de la jeune femme se firent aussitôt plus durs. C’était à elle de s’inquiéter pour lui, de veiller sur lui, de s’occuper de lui. Son petit frère. Non l’inverse.
    L’énervement colora soudainement les joues d’Amber, alors qu’elle se redressait sur ses coudes tout en continuant de fixer Adriaan. Elle ne voulait pas qu’il s’inquiète pour elle. Il avait traversé tant d’épreuves dans le passé – et Amber savait pertinemment que ce qu’elle en avait vu n’était qu’une petite partie de tout ce qu’il avait vécu – qu’elle ne voulait pas qu’il soit à nouveau confronté à quoi que ce soit de dur. Si la jeune femme n’éprouvait aucune honte de son excessive attention pour son frère, elle s’en voulait d’être la raison de l’inquiétude d’Adriaan.
    Adoptant une position plus traditionnelle, elle s’assit près de son frère, et posa une main sur son bras dans un geste destiné à l’apaiser. Les paroles d’Adriaan lui revinrent facilement, une fois qu’elle eut réussi à occulter son mal de tête, et c’est avec un ton doux qui contrastait avec son énervement intérieur qu’elle s’exprima enfin.

      « Adri… Josh ne m’a rien fait. C’était juste la goutte qui a fait déborder le vase. C’est totalement idiot de t’inquiéter pour moi, je suis juste fatiguée. J’ai pas beaucoup dormi hier soir. »

    Elle s’interrompit alors, se rendant compte qu’elle n’avait toujours pas eu l’occasion de lui parler de son excursion et de ses découvertes de la veille. Un sourire plus sincère que celui qu’elle avait tenté d’ébaucher pour le rassurer s’épanouit sur son visage alors qu’elle repensait à la fierté qui l’avait envahie lorsqu’elle avait découvert l’un des lieux de rencontres des vampires. Totalement réveillée à présent, c’est avec un ton plus excité qu’elle reprit :

      « Adri, je t’ai pas dit ! Hier, j’ai… »

    Un dvd posé sur la table basse attira son regard et elle se tut avant d’avoir fini sa phrase. Le même sourire accroché à ses lèvres, elle tendit la main pour l’attraper, empoignant du même coup le sac plastique posé à côté. « La fin des vampires »… Un léger rire la secoua, alors qu’elle s’étonnait de l’étonnante coïncidence qui avait amené ce dvd à la maison le lendemain de sa découverte cruciale sur les vampires.

      « Bah tiens, justement ! Comment t’as deviné ? »

    Reprit-elle, fouillant à présent le sac plastique, et s’interrompant une fois de plus quand elle y découvrit de la nourriture japonaise.

      « Du japonais ! »

    S’exclama-t-elle, ravie, mais un peu trop fort. Le mal de tête qui l'avait lâché pendant quelques minutes revint aussitôt, poignant. Oubliant qu’elle voulait raconter son aventure de la veille à son frère, la jeune femme lâcha le sac plastique, qui se retrouva en équilibre instable sur ses genoux, et se massa le front en pestant.
    Une seconde plus tard, elle attrapait à nouveau le plat qui menaçait de tomber par terre, le reposait sur la table basse et se dirigeait lentement vers la salle de bains, en quête d’une aspirine, tout en continuant de gémir entre ses dents.

    Ouvrant la porte du placard qui contenait les médicaments, elle se hissa sur la pointe des pieds pour tenter d’y attraper celui qu’elle recherchait. Amber sentit alors son pied droit se dérober sous elle, tandis qu’elle tendait la main pour prendre la boite d’aspirine. Avant qu’elle n’ait eu le temps de réagir, elle s’était effondrée sur le carrelage mouillé de la salle de bains. Sa cheville la lançait, son jean était trempé, et la jeune femme entendit ses sanglots résonner dans la pièce vide. L’épuisement la minait depuis plusieurs heures, et sa chute lui avait donné le coup de grâce. Elle rendait les armes. Laissa les larmes couler sur son visage alors qu’elle massait sa cheville endolorie. La honte avait cédé la place au soulagement. Soulagement égoïste de pouvoir enfin réellement pleurer. Pleurer et évacuer. Pleurer pour toutes les fois où elle s’était retenue. Pleurer pour tout ce qu’elle gardait pour elle depuis si longtemps. De son pied gauche, elle tenta de pousser la porte de la salle de bains pour se cacher de son frère.

_________________
    uc. (a)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Admin
••••••••••••••••••••••••••••
♣ Messages : 37
••••••••••••••••••••••••••••
♣ Arrivée à Fell's Church : 28/03/2010

Mon passeport
A vous la Parole:

MessageSujet: Re: Une fête lunatique [PV- Amber]   Dim 4 Juil - 16:30

    Plus Adriaan la contemplait plus il s’inquiétait pour elle… Son visage était tiré, ses yeux papillonnait souvent, elle luttait pour rester éveillée. Adriaan se demandait ce qu’il avait pu lui arriver, il aurait tout fait pour lui ôter cette souffrance ou cette lassitude qu’il décelait dans son regard perdu au loin. Le silence s’était fait de lui-même dès qu’Amber avait posé son corps fatigué mais toujours gracile sur le canapé. Adriaan n’avait pu s’empêcher de lui demander ce qui l’avait poussée dans ses retranchements de fatigue qui lui ressemblait si peu…
    Adriaan ferma les yeux, et posa sa main délicatement sur son épaule, se levant ainsi au rythme de la respiration de sa sœur.
    Il avait du mal à se contenir, mais avait appris avec la fondation ce qu’étais la patience en attente d’une information capitale. Pour Adriaan l’information en question était l’état de santé de sa sœur, et la cause de toute cette fatigue.

    Après quelque minutes, il entendit s’élever la voix d’Amber. Il leva derechef la tête et la regarda -ses yeux brillant aux bords des larmes, comme l’enfant perdu qu’il avait toujours demeuré-. Sa tristesse était empreint de maturité, Amber pouvait le dire s’il pleurerait c’était en homme. Adriaan se recentra au lieu de vaincre son malaise persistant. Quand elle lui annonça que Josh n’y était pour rien, Adriaan ne se sentit pas entièrement satisfait, mais quand Amber acheva sa phrase le malaise s’évanouit.
    Sa sœur était juste fatiguée de la veille, ce qui était normal vu ce qu’elle avait réussi à faire ! Adriaan se sentit à nouveau gonflée de fierté. L’attention qu’Amber porta sur ses quelques présents, lui firent remontés son plaisir crescendo. Alors qu’il allait se relevé de sa position accroupie, Amber se massa la tête, sensible à un évanouissement proche. Dans l’état dans lequel elle était cela était plus que normal, elle se leva, et Adriaan la couva du regard de peur qu’elle ne se blesse sur le trajet, qu’elle tombe dans le noir…

    Sa sœur aurait surement voulu qu’il la laisse tranquille. Sinon elle ne l’aurait pas exclu de ce qu’il lui était arrivée, et de son trajet en solitaire jusqu’à la salle de bain. Adriaan suivait ses pas, repoussant les plats chinois et le DVD plus loin pour qu’il ne soit plus à la portée d’Amber…

    Tout d’un coup une énormité s’infiltra dans l’esprit d’Adriaan… et si elle était enceinte ?? Elle avait tourné de l’œil dès qu’elle prit le plat, les odeurs étaient peut être trop forte pour une femme enceinte. Peut être étais ce pour cela qu’elle était épuisée ! Et ce serait Josh le père ? Non, il ne pouvait l’être et Adriaan ne souhaitait guère qu’il le soit. En fait plus il y réfléchissait plus son ventre se noua. Si un être grandissait dans Amber, allait elle donc lui le laisser de coter? Elle avait déjà tant fait pour lui, mais il était trop égoïste pour la laisser s’en aller. Adriaan serra les poings dégouté de son propre égaux grandissant. Amber ne devrait pas avoir autant besoin d’être derrière lui, d’avoir cette complicité qui les liées…

    Ses pensées s’envolèrent comme dans un panache de fumée, quand il entendit un bruit lourd, un bruit de chute… Adriaan accourut à la salle de bain d’où le battant de la porte se refermait sur son nez. Un mur séparait sa sœur d’elle, et pourtant il ne savait pas s’il pourrait le franchir. Il le souhaitait mais avait peur que sa sœur le rejette. Le jeune homme l’avait repoussé tant d’année pour éviter sa souffrance, qu’il avait toujours eue peur du retour. L’homme courageux qui était en lui se dégonfla, quand il entendit les pleurs perçants de sa sœur. Il se laissa glisser contre le mur, imaginant sa sœur tout proche. Les pleurs montés en intensités, et Adriaan sentait un malaise si grandissant en lui que tout ses muscles se contractèrent. Il avait si mal à présent qu’il aurait eu envie de s’arracher ses tripes et de les jeter au loin. Son cœur se brisa quand il entendit un cri de peine si profond. Il se releva gauchement, inspira, et se prépara à entrer.
    Il poussa délicatement la porte, et découvrit Amber repliée en boule sur elle-même, tenant sa jambe enflée surement douloureuse. Adriaan s’accroupit et la releva, alors qu’elle hoquetait de sa venue. Il prit délicatement son visage, et posa sa tête au creux de son épaule, entourant de ses bras le corps frêle de sa sœur. Son emprise était protectrice, si elle était tombée si bas, plus rien ne pourrait l’empêcher de remonter car il voulait être une fois dans sa vie là pour elle. Elle qui lui avait donné son amour, sa patience, son rire aux accents chantant si emplit de joie. Il voulait, il devait lui rendre l’ascenseur. Le silence était présent entre les deux jeunes gens, seuls les larmoiements de sa sœur résonnaient dans la pièce. Adriaan déposa un baiser doux sur son front, lutta contre l’envie de trembler de peur de l’inconnu… c’était l’inconnu Amber ne pleurait jamais devant lui… Puis dans un murmure à peine audible parla :

      - Amber pleure, pleure tant que tu le veux, je serrais là pour toi. Je serais toujours là pour toi. J’ai déjà gâché la moitié de ma vie, et de la tienne à vouloir… mourir. Dit moi ce qui ne va pas, raconte moi tout, n’est pas peur de me blesser ma puce.



HJ: Désolé de la longueur du post après le tien juste merveilleux...

_________________
Signature spécial Hiatus hat
YES WE CAN cherrios
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



••••••••••••••••••••••••••••
♣ Messages : 241
••••••••••••••••••••••••••••
♣ Arrivée à Fell's Church : 02/12/2009
••••••••••••••••••••••••••••
♣ Âge : 23
••••••••••••••••••••••••••••
♣ Localisation : fell's church.

Mon passeport
A vous la Parole:

MessageSujet: Re: Une fête lunatique [PV- Amber]   Lun 12 Juil - 15:15

HJ - Tss! Ton post est génial! <33


    Recroquevillée sur elle-même, assise sur le sol froid de la vaste salle de bains, Amber n’entendit pas le grincement léger de la porte lorsque son frère se glissa dans la pièce. Elle continuait de pleurer, sentant les larmes couler le long de son visage, lui chatouiller le nez avant de suivre les courbes de sa bouche et de se glisser dans le col de sa chemise. Les deux mains enserrant sa cheville endolorie, le visage plongé entre ses genoux, le dos rond, elle était l’image même de l’abattement et de l’abandon. Ses pleurs amplifiaient son mal de tête, obstruaient sa gorge et dévastaient ses cheveux, collés contre ses joues. Pressant ses paumes contre ses paupières closes avec force, elle tentait de calmer ses pleurs, sans succès. Déplaçant ses mains vers le bas de son visage, elle les plaqua sur son cou et sur ses lèvres pour refréner les hoquets qui la prenaient.

    Soudain, des mains fermes encerclèrent sa taille, redressant la misérable épave qu’elle était devenue et la forçant à déplier son dos avachi. Adriaan, à nouveau. Elle n’osa même pas rouvrir les yeux, ne trouvant pas le courage pour lui faire face, et se contenta de le laisser faire, pantin désarticulé entre ses bras tièdes. Elle ne méritait pas sa présence, sa compassion, son amour. Elle désirait encore moins sa pitié. Honteuse, elle souhaitait simplement qu’il ne l’ait jamais vue dans un tel état de faiblesse. Toutes ces douleurs qu’elle avait combattu, toutes ces fois où elle avait réussi à rester calme, présente et aimante, cette personnalité qu’elle s’était construite si difficilement depuis la mort de sa mère s’effondraient. Le mur qu’elle avait réussi à dresser entre ses émotions et ses réactions se délitait. Son cœur n’était plus qu’un champ de bataille, sa fierté un souvenir. Elle avait souhaité être vue par son frère comme une personne stable, à qui se raccrocher, en qui avoir confiance… Et après avoir tout enduré, elle craquait. La honte qui l’avait déroutée plutôt la submergea totalement, et elle s’agrippa aux épaules de son frère comme à une bouée alors qu’une vague menaçait de l’emporter. La vague de sa honte, plus importante qu’elle ne l’aurait estimée. Ses hoquets continuaient, et elle ressentit le léger baiser que son frère déposait sur son front comme un geste dont elle n’était pas digne. Elle n’était pas une enfant à consoler. Cela faisait longtemps qu’elle n’était plus une enfant. Longtemps qu’elle avait du grandir plus vite que les autres, pour aider son frère à avoir une vie normale. Et même en y mettant toutes ses forces, elle n’avait pas réussi à lui offrir une adolescence banale. Elle se persuadait à présent qu’elle avait passé sa vie à faire des erreurs. La force qu’elle avait cru posséder pour réussir à les faire vivre tous les deux, elle et son frère, n’avait pas été suffisante. Adriaan avait vécu une adolescence bercée par des dépressions et des tentatives de suicide. Malgré tous ses efforts, elle n’avait pas réussi à le préserver de ces horreurs, et bien qu’il s’en soit sorti, elle se flagellait encore des années plus tard de n’avoir pas réussi à le faire vivre mieux, sans problèmes. Ramenant constamment les problèmes de son petit frère à ses propres actions, Amber continuait de se détruire, se sentant plus lucide que jamais. Si elle n’avait pas fait ça… Si elle l’avait laissé aller là… Si elle ne l’avait pas disputé ainsi… Si elle avait été plus présente à ce moment-là… Si... Avec des « si » elle aurait pu reconstruire leur vie, mais le temps n’était plus aux rêves. Prise de remords alors qu’elle se convainquait qu’elle aurait pu faire tellement mieux, elle qui, pourtant, avait déjà tout donné pour aider son frère, Amber sentit de nouvelles larmes affluer dans ses paupières, et glisser le long de son visage, mouillant autant ses vêtements que ceux de son frère. Elle se sentait pitoyable, mais elle n’arrivait pas à stopper ses pleurs, pas plus qu’elle ne parvenait à calmer ses hoquets.

      « Amber pleure, pleure tant que tu le veux, je serais là pour toi. Je serais toujours là pour toi. J’ai déjà gâché la moitié de ma vie, et de la tienne à vouloir… mourir. Dis moi ce qui ne va pas, raconte moi tout, n’aie pas peur de me blesser ma puce. »

    Le chuchotement d’Adriaan fit tressaillir la jeune femme. Qu’il admette ainsi qu’il avait tant de fois tenté de la quitter, d’abandonner sa propre vie, alors que ce sujet avait toujours été relativement tabou entre eux, dérouta Amber. Crochetant encore plus ses paumes sur les épaules de son petit frère, elle s’efforça à nouveau, et dans une tentative toujours aussi vaine, de temporiser ses pleurs et de calmer ses hoquets.

      « A-adri… »

    Baragouina Amber entre deux sanglots. Incapable de parler plus, toujours autant secouée par ses pleurs, Amber se tut, se contentant d’enlacer son frère à son tour et de le serrer un long moment dans une étreinte douce mais pleine de désespoir. Quel piteux tableau ils devaient faire tous deux, assis sur le sol mouillé de leur salle de bain, enlacés, l’aînée pleurant dans les bras de son petit frère. Prenant sur elle, Amber se détacha finalement légèrement de son frère, écartant son visage du sien pour pouvoir voir ses yeux. Elle savait exactement ce qu’Adriaan pourrait déceler dans ses prunelles, perdues et désolées, mais elle avait le sentiment que fixer le garçon dans les yeux l’aiderait à freiner ses larmes et calmer son corps parcouru de frissons. Sûrement imaginait-elle que voir son frère l’aiderait à réaliser qu’elle était en train de pleurer devant lui, un acte qu’elle s’était empêchée jusqu’à ce jour, et depuis la mort de sa mère, de faire. Peut-être qu’ainsi elle trouverait la force en elle d’arrêter ce massacre et cette honte. Si un jour Adriaan avait pensé pouvoir compter sur elle quoi qu’il arrive, le pourrait-il à nouveau, après l’avoir vue flancher ainsi ? Pitoyable. Amber se sentait de plus en plus pitoyable. Et contrairement à l’effet qu’elle attendait, croiser le regard de son frère le l’aida pas à réfréner ses sanglots. L’incompréhension qui se peignait sur son visage, ajouté à de la… douleur ? dérouta Amber, et ses remords augmentèrent, déchirant son cœur. Ne supportant pas de voir son frère ainsi, elle replongea sa tête dans les épaules d’Adriaan, y étouffant un sanglot. Il était ainsi à cause d’elle, à cause de ses pleurs, et pourtant elle continuait de pleurer. Imbécile.

    Inspirant un grand coup, Amber bloqua ensuite sa respiration de longues secondes, tentant d’éliminer son hoquet et d’arrêter ses larmes.

      « Adri. »

    Sa voix, moins tremblante que la fois précédente, était tout de même faible. Elle se racla la gorge, agrippa de ses mains les bras de son frère et se détacha à nouveau de son étreinte. N’osant pas rencontrer à nouveau les prunelles inquisitrices et déstabilisantes de son frère, la jeune femme fixa une ses mains, qu’elle tordait nerveusement.

      « Je suis tellement désolée Adri… J’ai passé toute ma vie à faire des erreurs. J’aurais du être moins… J’aurais du mieux… J’aurais du être plus présente. J’aurais du plus vite comprendre ce qu’il t’arrivait. J’aurais du réagir plus vite. Mieux. J’aurais du faire tellement de choses que je n’ai pas faites. Tout est de ma faute. Si tu as eu ces périodes si sombres, c’était à cause de moi. Je n’étais pas assez… J’étais trop… Je suis nulle, Adri, je suis désolée. Je n’ai pas été à la hauteur, je ne l’ai jamais été. J’ai eu la prétention de penser pouvoir m’occuper de nous deux facilement…Et on a survécu, oui… »

    Une moue sarcastique fendit le visage de la jeune femme, alors qu’elle marquait une pause.

      « Mais tu aurais pu avoir tellement mieux… Tu aurais pu avoir une adolescence normale si j’avais été plus attentive à toi, à tes problèmes… Je m’en veux tellement maintenant. »

    Les lèvres d’Amber se muèrent en une grimace douloureuse.

      « Et en plus… »

    La grimace devint un sourire forcé.

      « Après avoir réussi à tout surmonter, et même si je n’ai pas tout réussi, après avoir tout surmonté, je craque là, maintenant… J’ai honte. Honte que tu me vois dans cet état. Comment pourras-tu compter un jour à nouveau compter sur moi, alors que tu m’as vue tomber ainsi ? Mais de toute façon, as-tu déjà compté sur moi ? Réellement ? As-tu déjà pu compter sur moi ? Ou ai-je aussi raté ça ? Ou est-ce que... »

    Amber commençait à s’emporter, ses mains frappaient le sol convulsivement, ses yeux faisaient le tour de la pièce, se posant sur tout sauf sur ceux de son petit frère. Elle se détruisait elle-même, se blâmant d’être la cause de tous leurs problèmes, croyant fermement à ses affirmations, acceptant la douleur que lui procurait sa honte avec un plaisir quasiment masochiste.

_________________
    uc. (a)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Admin
••••••••••••••••••••••••••••
♣ Messages : 37
••••••••••••••••••••••••••••
♣ Arrivée à Fell's Church : 28/03/2010

Mon passeport
A vous la Parole:

MessageSujet: Re: Une fête lunatique [PV- Amber]   Jeu 12 Aoû - 19:52

    Adriaan se sentait si mal à présent, il se demandait même s’il n’aurait pas mieux fait de la laisser seule. Mais cela ne lui démontrait qu’une seule chose, qu’il était lâche. L’idée qu’il avait eu de l’abandonner pour ne pas souffrir lui-même plus tard , Adriaan trouvait cela égoïste. Elle qui avait passé tant de temps à endosser un rôle dont elle était trop jeune… Adriaan savait que c’était un juste retour de bâton, la voir pleurait toutes les larmes de son corps qui étaient enfuis en elle depuis bien trop longtemps. Le fils O’Neil devait être fort aujourd’hui, fort pour deux. Mais la peine que sa sœur évacuait, le piquait douloureusement à l’instar d’un essaim d’abeilles. Le summum de son mal être venait du fait qu’il était la raison de sa peine !

    Soit, il laissa couler et réfléchira à la façon de s’amender, de l’évacuation de sa propre peine plus tard. Ses pensées seront à présent enfermées à double tour dans un tiroir de son esprit, qu’il se promit d’ouvrir seulement plus tard. Il ne pouvait flancher.

    Le silence d’Amber était pesant, seule des gémissements, des larmoiements comblaient les bruits alentours. Chaque larme qu’elle déversait mettait du sel sur son cœur rabiboché avec le temps. Adriaan se forgea un visage impassible, si un visage serein pouvait l’emmener à la calmer et parler… Adriaan ne demandait qu’à comprendre, mais le temps se déversait lentement, vicieux…
    Le jeune homme serait le corps désarticulé de sa sœur, passant constamment sa main sur son bras, en une délicate caresse. Amber l’appela, gémissant de milles souffrances… après qu’Amber se soit agitée, elle fut contrainte d’inspecter ses yeux. Adriaan se sentait légèrement trahi par les deux traitres qui lui permettaient de voir. Amber détourna rapidement son regard, avait elle décelait sa peine ? Son masque avait il une faille ?

    Amber commença à parler, mais cette fois ne s’arrêta pas au nom de son frère. Elle avait besoin de parler. De se justifier… mais son raisonnement était totalement faux ! Adri’ aurait préféré qu’elle l’insulte, le dispute, qu’elle lui dise que le problème venait de lui. Elle ne comprenait donc pas ? Elle avait été là pour lui, toujours présente, c’était lui qui refusait son aide, en se détruisait et donc en la détruisant. Si sa mère avait vécu, Adriaan se demandait si elle aurait été plus forte qu’elle. Amber était elle un martyre née, aimant s’approprier les erreurs des autres ?
    Adriaan tremblait, il lâcha la main de sa sœur, avant qu’elle ne s’en aperçoive, comme si un courant électrique l’avait atteint. En temps normal, ou du moins avant son entrée dans la fondation, il n’aurait pu affronter cette situation, mais il restait en place. Le sentinelle.

    Après des minutes de lutte acharnées contre elle, sa voix se brisa par une question qu’elle n’avait jamais osé lui demander. Adriaan tenta de se calmer, mais cela paraissait impossible en ce moment. Bien sure qu’il avait déjà compté sur elle dans sa vie. Bien plus qu’elle ne s’imaginait ! Chaque fois qu’un couteau, qu’une balle, que le haut d’un immeuble, que des médicaments, qu’une noyade l’attendait, il ne pouvait suivre son geste jusqu’au bout car il n’avait pas la force, où qu’il en avait assez pour continuer car elle était là. Là à veiller sur lui, là à attendre et là à souffrir…

    La tension retomba après quelques instants, les mains du jeune homme avait arrêté de s’agiter convulsivement, elles reprirent sa place initiale, encerclant sa sœur de ses bras protecteur. Il enfouit son visage dans ses cheveux, inspira un bon coup et tourna le corps d'Amber vers lui, l’obligeant à faire face ; il releva son menton, enfermant son visage dans l’emprise de ses mais pour qu’elle l’écoute.

      - Amber, ne dit pas des stupidités, tu te mens. Le seul responsable de ta tristesse c’est moi ! Je suis celui qui a mal fait, tu m’as toujours aidé ! Comment peux tu penser une seconde que tu as mal fait ? J’ai toujours compté sur toi, tout le monde le pense, tout le monde le sait, moi le premier, mais tout le monde sauf toi !
      J’aurais voulu que tu es une enfance normale, c’est de ma faute, j’aurais du réussir à me suicider, juste pour toi pour t’éviter ses remords. Tu aurais eu plus de force en t’occupant uniquement de toi !
      Non je sais, j’aurais du mourir à la place de maman, je ne t’apporte rien de bon. Laisse moi t’aider, je t’aime… cela ne justifie rien et bientôt tu me laisseras pour l’être grandissant en toi. Je pourrais partir de ta vie…



_________________
Signature spécial Hiatus hat
YES WE CAN cherrios
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Une fête lunatique [PV- Amber]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une fête lunatique [PV- Amber]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nox Aeternus A Um :: O'Neil's Home-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit